Supply chain, traçabilité & blockchain

Supply-chain-traçabilité-logistique-blockchain

 
  Extraits :

La blockchain ouvre la voie à un nouveau paradigme de standardisation et de numérisation des chaînes logistiques, et ce dans de nombreux secteurs.

Dans l’agroalimentaire, la blockchain peut renforcer la transparence et accélérer l’identification de la source des contaminations. Il s’agirait pour l’ensemble des parties prenantes d’une chaîne logistique d’inscrire chaque étape du processus de fabrication d’un produit alimentaire, depuis sa production jusqu’à son lieu de vente, dans une blockchain. Cette technologie ouvre le champ à un suivi bien plus fiable des aliments, sans qu’un individu ou une entité ne puisse unilatéralement modifier ou supprimer d’informations. Les différents acteurs de l’industrie pourront dès lors détecter en temps réel où et quand la faute ou la fraude a été commise, là où aujourd’hui, en cas d’intoxication alimentaire d’un consommateur, au moins deux semaines sont nécessaires pour repérer la denrée fautive.

Dans les transports et le commerce international, la mise en place d’une blockchain permettrait de réduire fortement les fraudes et les erreurs, ainsi que les délais actuels de transit et d’expédition. Une expédition internationale de marchandises nécessite aujourd’hui d’être inspectée en moyenne par près de 30 organismes durant son trajet, ce qui, mis bout à bout, représente un coût non négligeable. En outre, le processus repose encore en grande partie sur des vérifications papiers, manuelles. S’il manque un document papier lors d’une étape du processus, par exemple à un point intermédiaire, c’est tout un conteneur (ou plusieurs) qui doit rester sur place. La digitalisation du transport maritime international via la blockchain pourrait faire économiser jusqu’à 20% de son coût total.

Les secteurs concernés par les apports de la blockchain en logistique sont multiples : luxe (diamants, sacs, etc.), vins de prestige (améliorer la traçabilité des bouteilles ; garantir leur intégrité ; lutter contre la contrefaçon et la revente de bouteilles volées), industrie pharmaceutique (enregistrer les empreintes de chaque étape de la chaîne de fabrication et distribution d’un médicament), immobilier et bâtiment (enjeux de maintenance), industries lourdes (pièces détachées)…

De nombreuses expérimentations ont été entamées depuis 2016. Les premiers résultats témoignent d’un potentiel très important.

 
 

 
 
Découvrez également nos autres études :
Santé et industrie pharmaceutique
Industrie Musicale
Publicité digitale
Tourisme
Agriculture
Enjeux juridiques de la blockchain