Blockchain et UX : le paradoxe de la transparence

Nous publions aujourd’hui notre première étude sur l’UX (user experience) et les blockchains – sujet passionnant tant il est crucial pour l’adoption de ces technologies. 

Nous l’abordons sous l’angle de l’impérative transparence des blockchains. Cette notion d’ouverture totale, à tous et sans limites, où chacun peut techniquement “voir” de ses propres yeux la machinerie qui se met en place, est peut-être le talon d’achille de la blockchain. 

Termes spécifiques, séries de caractères à apprendre par cœur, opérations financières complexes avec multisignatures sont autant de barrières difficiles à dépasser pour des non-initiésÀ l’inverse, trop simplifier ces processus serait prendre le risque de paraitre opaque sur ses activités. 

Cette transparence n’est donc pas synonyme d’accessibilité, bien au contraire. C’est pourquoi le rôle des interfaces, autant d’un point de vue UX qu’UI, est aujourd’hui crucial pour permettre l’adoption de ces nouveaux services. C’est même le deuxième “pain point”, après les enjeux en matière de scalabilité, que révèle ce sondage de janvier 2019 réalisé auprès de 160 fondateurs et développeurs de Dapps.

Alors, deux ans plus tard, il est possible de questionner, de manière légitime, sur les possibles évolutions de ces “pain points”. C’est ce que nous proposons dans cette étude.

Sommaire :

  • UX & UI : partir sur des bases saines
  • Un enjeu de simplicité : l’exemple de Foundation
  • Un enjeu de lexique : l’exemple d’Argent
  • Un enjeu de confiance : l’exemple de  Balancer V2
  • Conclusion & pour aller plus loin

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top